Text Size

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

Il n’existe pas de différences fondamentales entre les spectrométries dans l’ultra-violet et le visible. De plus, de nos jours les spectromètres effectuent généralement les deux d’affilé.

Bien que l’étude des spectres UV-visibles apporte des données importantes sur le fonctionnement des molécules, ce n’est pas l’usage le plus courant de cette spectrométrie.

Vanilline UV

Utilisations courantes

La spectrométrie UV-visible est, tout d’abord, très utile lors du contrôle de la pureté d’un produit. En premier lieu, la comparaison du spectre obtenu avec un spectre de référence va permettre de percevoir la présence de bandes inattendues. Celles-ci trahissent la présence d’impuretés.

Ensuite, c’est aussi une méthode intéressante en analyse quantitative. D’une part, elle est rapide et précise. Et d’autre part, elle permet, en choisissant la bande utilisée, de doser les différentes composantes d’un mélange. D’un point de vue pratique, on utilise soit la loi de Beer-Lambert, soit et plus généralement, une courbe d’étalonnage préalablement réalisée.

Enfin, elle permet aussi de déterminer les pKa des acides faibles. En effet la forme ionisée et la forme moléculaire d’un composé possède généralement des spectres différents. Il est donc facile de suivre l’évolution de la forme du composé en fonction du pH.

Le cas des solvants

Bien entendu de nombreux solvant présentent eux aussi des caractéristiques en UV-visible. Il convient donc d’en éliminer les interférences. Pour se faire, les appareils modernes réalisent, simultanément à l’analyse, une lecture et une soustraction du spectre du solvant. Pour cela, une seconde cuve, appelée blanc, ne contenant que du solvant, est placée dans l’appareil.

Connexion

samedi, juillet 22, 2017