Text Size

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’analyse des spectres de Raman permet d'observer et de caractériser de manière non destructive la composition moléculaire et de la structure externe d'un matériau. Ses domaines d’application sont très variés allant de l’identification des micro-inclusions dans des pierres précieuses à l’analyse du contenu d’organites cellulaires en passant la détermination de la structure locale et de la cristallinité d’un polymère. De plus, le temps de l’analyse étant de l’ordre de la picoseconde, la spectrométrie Raman permet aussi d’étudier les états activés apparaissant durant une réaction chimique.

Bien que les spectres utilisés dans cette technique soient des spectres de grande énergie, donc correspondant à des transitions électroniques, les informations obtenues par cette technique sont, elles, de type moléculaire.

Lors de l’analyse, on procède à l’excitation du matériau grâce à une radiation monochromatique ne produisant ni absorption, ni fluorescence. L’emploi de plusieurs fréquences est quasi obligatoire pour éviter toutes interférences. Le milieu est ensuite observé perpendiculairement à l’axe d’excitation. On observe alors la lumière diffusée. Du fait de la faible intensité de cette diffusion, cette technique n’est devenue réellement utilisable qu’avec l’emploie de lasers relativement puissants.

Cette lumière n’est plus monochromatique. On trouve au centre du spectre une raie d’intensité maximale possédant la même fréquence que le laser utilisé. Il s’agit de la raie de Rayleigh qui peut faire, elle aussi, l’objet d’une étude en spectroscopie de diffusion Rayleigh. De par et d’autre de la raie Rayleigh, on observe d’autres raies symétriques d’intensité plus faible. Ces raies sont caractéristiques des molécules actives Raman et permettent la mesure simultanée de la concentration de toutes les espèces majeures telles que O2, N2, CnHm, CO2, H2 ou H2O.

Connexion

jeudi, juin 22, 2017