Text Size

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’analyse des spectres infrarouges permet une véritable analyse fonctionnelle des molécules organiques. La technique employée la plus communément est une spectroscopie d'absorption.

Lors de l’analyse, un rayon de lumière infrarouge est séparé en deux faisceaux. Le premier passe au travers de l'échantillon alors que l'autre traverse une référence. Les faisceaux sont ensuite réfléchis jusqu'à un détecteur, après être passés par un séparateur qui alterne rapidement les faisceaux entrant dans le détecteur. Les deux signaux sont comparés et le spectre obtenu. En l’état, il serait difficilement interprétable. On lui applique donc une opération mathématique, une transformée de Fourrier, qui permet d’obtenir un spectre interprétable.

bromomethane IR

Zones IR

On obtient ainsi une série de bande dont il suffit de vérifier dans les tables la position des bandes (http://fr.wikipedia.org/wiki/Table_de_correspondance_en_spectroscopie_infrarouge) pour déterminer quelles fonctions sont présentes dans la molécule. Il est important de vérifier chaque fonction sur plusieurs bandes ou de compléter cette étude par d’autres techniques avant de conclure avec certitude à la présence d’une fonction.

vaniline

Figure 2 : La vanilline

Vanilline IR KBr

Figure 3 : Spectre infrarouge de la vanilline

Sur le spectre de la vanilline, on observe plusieurs bandes caractéristiques. A 1700cm-1, on trouve l’aldéhyde. à 3500cm-1, on trouve la bande de l’alcool. Il faut noter que cette bande est fine car le spectre à été réalisé en solution dans du CDCl3. Un spectre réalisé sur une pastille de KBr aurait conduit à une bande plus large due aux échanges de protons avec le milieu. On trouve les bandes caractéristiques d’un éther aromatique aus alentour de 1000 cm-1 et de 1250 cm-1. Enfin, au alentour de 3000cm-1, on trouve les bandes caractéristiques des aromatiques.

Connexion

samedi, juin 24, 2017